Appel à la mobilisation générale, sign it!

Appel à la mobilisation générale

Les choix d’aménagements pour la friche Saint-Sauveur vont être irréversibles pour Lille en particulier et pour sa métropole en général.

300 000 m2 de construction sont prévus sur ce site avec l’arrivée de 5 000 nouveaux résidents. Est-ce réellement ce que nous voulons ?

Quelle idée de l’agglomération lilloise nous faisons-nous pour les générations à venir ?

Quels liens souhaitons-nous tisser entre quartiers, entre voisins, entre citoyens ?

Quelle place voulons-nous donner aux espaces ouverts aux rencontres, qui ne soient pas des lieux de consommation ?

Quel accueil voulons-nous offrir aux voyageurs, aux nomades, aux visiteurs, aux touristes ?

Quelles pratiques sociales, quels égards pour l’environnement, permettront aux générations futures d’avoir un monde habitable par toutes et tous ?

Nous, signataires de cet Appel, voulons apporter des réponses concrètes à ces questions en considérant que l’appropriation citoyenne de la friche Saint-Sauveur, vaste site en cœur de ville à l’abandon depuis près de 15 ans, constitue un formidable terrain de recherches et d’expérimentations.

La friche Saint-Sauveur représente une opportunité unique d’un havre de paix et, au double sens du mot, d’urbanité. Un lieu de promenade et de flânerie, favorable aux échanges de savoirs, à la diversité des pratiques sportives, aux initiatives culturelles, aux créations artisanales et artistiques. Un site écologique, paisible, avec des constructions à taille humaine, intégrant une ferme urbaine. Un lieu intergénérationnel, de mixité, de brassage. Et pourquoi pas un nouveau grand parc urbain multi-activités ? Un poumon vert comme nouveau « pôle d’attractivité » ?

Un collectif inter-associatif a porté une contribution à la phase de concertation du printemps 2015, un architecte lillois a été le premier lanceur d’alerte, le collectif Fête La Friche et l’association Labomob ont su déjà mobiliser sur le terrain des acteurs divers et nombreux, un membre du Conseil de développement de la Métropole Européenne de Lille (MEL) a analysé l’étude d’impact commanditée par la MEL.

Sur la base de ces éléments, des actions passées et à venir, nous, signataires de cet Appel, nous engageons à mettre nos forces en commun afin d’obtenir de la puissance publique une autorisation d’occupation temporaire (AOT) en amont et pendant l’aménagement du site (soit pas avant 2020 et jusqu’en 2040 au moins), en vue de proposer, à partir d’une véritable expertise d’usage, des projets alternatifs à celui imposé par la Ville sans véritables débats.

Nous considérons l’aménagement du site Saint-Sauveur comme un enjeu social, écologique, énergétique, économique et politique majeur autant pour la ville que pour son agglomération. Pour nous, pour nos enfants, nous déclarons qu’il est temps de revoir la façon de bâtir notre avenir et de façonner nos modes de vie !

Nous appelons à rejoindre cette dynamique toutes celles et ceux qui, citoyen.ne.s ou organisations, se sentent concerné.e.s, construisent, mettent en pratique des alternatives ou souhaitent simplement faire leur part.

à Lille, le 10 novembre 2016

Présentation du collectif Fête la Friche au Polder, jeudi 10 novembre 2016 à 19h

La démarche du Collectif Fête La Friche trouve son sens dans un constat simple. Depuis 2003, (cessation définitive des activités de la gare de marchandise Saint-Sauveur), les 23 hectares, réduits à 17 en 2009 depuis le rachat par la Ville de Lille à la SNCF d’une parcelle en 2009, emplacement actuel de ladite «Ferme urbaine», ne sont guère
valorisés.

En effet, les 17 ha restants proposent :
– un terrain d’accueil pour de très rares groupes de squatters
– un lieu abrité pour les usagers de drogue actifs
– un raccourci vers le Quartier de la Gare pour les habitant.e.s du
Quartier Moulins.

Visibles par tou.te.s depuis le métro aérien, ou à travers le grillage de la susdite ‘ferme urbaine’, les 17 ha ne connaissaient cependant, jusqu’à la naissance du Collectif en novembre 2015, aucun usage propice aux rencontres et échanges, à la mixité sociale, à la créativité collective.

Tout au contraire, les 17 ha demeuraient une poche spatio-temporelle d’invisibilité sociale qui interdit toute véritable « concertation » concernant le « devenir de la friche ferroviaire ».

La démarche du Collectif a un sens simple et clair : encourager le
croisement des savoir-faire de tous genres en favorisant l’accessibilité du site aux sachants de tous ordres : habitant.e.s-guides de leurs propres quartiers, usagers de tous bords, promeneuses et promeneurs en quête de sentiers moins rebattus, membres des diverses associations domiciliées alentour, résidents-squatters au long cours, résidents des foyers en mal de désœuvrement, jardiniers du dimanche et bricoleurs du samedi, herboristes patentés, enthousiastes enseignants en lycée agricole,bouillonnants étudiants en médiation culturelle, apprentis ingénieurs inspirés, architectes homologués, artistes de tous poils, etc.

D’où une attente, aussi impérieuse que consensuelle, au sein du
Collectif : sur une généreuse parcelle du site, obtenir des instances compétentes une Autorisation d’occupation temporaire (AOT) en amont des chantiers (5 ans pour le moins) et tout au long de l’aménagement global du site (au moins 15 ans).

C’est par l’expérimentation collective que nous, habitant.e.s,
approfondirons notre expertise d’usage et nous instituerons instances incontournables et obstinées d’une « concertation » concernant les différents projets d’aménagement possibles du site, lequel constitue la dernière grande réserve foncière en cœur de ville.

En bref, prendre le temps et occuper l’espace.
Déchiffrer la friche : ses ressources sociales autant qu’environnementales, sa mémoire, son avenir.
Fête La Friche Faire la friche, donc. La fêter. Non pas la défricher.

Rendez-vous au café du Polder, 250 Rue Roger Salengro, 59260 Hellemmes+ d’infos sur la page facebook

Déchiffrer la friche Saint-Sauveur. Un lieu, des liens