2 Victoires d’Etape : pas de piscine et PROBABLE gel jusqu’en 2021 !

Ce sont les constructeurs eux-mêmes qui nous l’annoncent, dans la chronique du BTP de cette semaine :

la piscine prévue par Aubry sur le Belvédère n’a pas été retenue par le comité d’organisation des JO, bien conscient qu’elle ne se ferait pas, suite à la suspension du projet obtenue par les assos PARC et ASPI au Tribunal Administratif en octobre 2018 !!!

– On y apprend aussi que le jugement sur le fond pourrait être rendu en 2021 ! Ahah, rappelons-nous que la première réaction de l’adjoint à l’urbanisme Dendievel en octobre 2018, suite au jugement du Tribunal Administratif, avait été : « Cela ne change rien à notre calendrier »… visionnaire ce Dendi !

Sponsored Post Learn from the experts: Create a successful blog with our brand new courseThe WordPress.com Blog

WordPress.com is excited to announce our newest offering: a course just for beginning bloggers where you’ll learn everything you need to know about blogging from the most trusted experts in the industry. We have helped millions of blogs get up and running, we know what works, and we want you to to know everything we know. This course provides all the fundamental skills and inspiration you need to get your blog started, an interactive community forum, and content updated annually.

Texte de renart : « Un carrousel d’opinions. Ou les désengagements de Patrick Bouchain »

Notre ami Renart a rédigé ce texte, qui est son opinion et n’a évidemment pas vocation à représenter l’ensemble des membres de Fête la Friche. Bonne lecture !

A Patrick Bouchain et Mathieu Berteloot, à Lille3000 et Lille Métropole, aux signataires de la tribune « pour un gouvernement métropolitain démocratique », et puis à Vinci, Rabot-Dutilleul, Auchan, Leroy-Merlin, BNP Paribas Real Estate, Suez, Veolia, Decathlon, que signifie cette phrase exposée à Saint-Sauveur :

« Dans un monde quadrillé par les normes, il faut pratiquer l’écart dans les usages imposés. Fabriquer d’autres usages du monde, détourner les lieux de leur fonction capitaliste pour habiter la Terre avec respect. Ne jamais céder à la discipline » ?

Il y a un mois, Renart racontait comment les commissaires de l’exposition « Les usages du monde » chassaient un exposant qui voulait révéler ce que leur événement dissimule : les usages de la friche Saint-Sauveur. Goupil n’avait alors pas jugé opportun de dévoiler ses négociations avec d’autres exposants de la trempe de Patrick Bouchain. Par un souci de conscience déontologique qu’on ne lui connaissait guère, Renart doit présenter aux consommateurs de marchandises culturelles comment ils sont joués par les fabricants de ces dites marchandises. Cet article offre à Renart l’occasion d’une réflexion d’une rare lucidité sur les usages, non pas du monde, mais de ce qui en tient lieu, à savoir les Discours et Opinions à son sujet.

28 juin 2020. Confinement levé, élections terminées, les projets culturels reprennent en même temps que la vie politique et ses palpitantes manœuvres pour la présidence de la métropole [1]. Le commissaire de « Les usages du monde » Mathieu Berteloot, architecte lillois, signe le 2 juillet une tribune réclamant « un gouvernement métropolitain démocratique ». Un mois plus tard, il vire Christophe Laurens et ses étudiants qui souhaitaient évoquer, dans un souci pourtant « démocratique », l’avenir de la friche Saint-Sauveur, un projet « métropolitain » s’il en est. Nous racontions les détails ici.

Leçon de « fidélité », par Patrick Bouchain

Quand Laurens apprend son éviction, il souffle à son camarade zadiste Patrick Bouchain de retirer ses œuvres de l’expo et d’en publiciser les raisons : une réaction à la censure, au financement de l’expo par Vinci, constructeur malheureux de la ZAD, et à ces événements financés par les responsables du saccage planétaire. Renart joue alors l’entremetteur pour une conférence de presse à Lille. Bouchain : « Vous pouvez compter sur mon soutien sincère et fidèle. Me retirer, très facile ! Écrire une lettre, encore plus facile ! » Et puis… plus rien. Bouchain laissera finalement son œuvre à la Gare Saint-Sauveur et ne prendra pas la parole, réservant l’expression de sa « fidélité » à des rencontres privées, et ses opinions à des tribunes collectives sans conséquences pour lui-même. Son départ de la Gare Saint-So, friche devenue lieu d’événements, eut été du plus bel effet pour son ami censuré et les défenseurs de la friche. Mais celle-ci n’a pas l’envergure médiatique suffisante pour l’inciter à joindre le geste à la parole.

Quand Christophe Laurens apprend son éviction de Saint-So, il en fait part à Patrick Bouchain qui doit lui aussi exposer. Pour celles et ceux qui ne connaîtraient pas l’architecte, Bouchain fut conseiller spécial de Jack Lang. On lui doit la réhabilitation de plusieurs ruines industrielles en espaces culturels comme La Condition publique à Roubaix, Le Lieu Unique à Nantes, ou Le Channel à Calais. En 2018, il apposait son nom sous une tribune co-signée par des architectes et des chercheurs en défense de Notre-Dame des Landes et des « autres manières d’habiter [2] ». Il accordait en même temps à Christophe Laurens un entretien pour son livre Notre-Dame-des-Landes ou le métier de vivre.

Au commencement était le Verbe

Été passé, exposition installée, Laurens dégagé, Bouchain couché, Lille3000 et ses partenaires peuvent inaugurer. Les constructeurs et promoteurs qui financent l’exposition s’ébaudissent, coupette à la main, entre les fulgurances des commissaires – du genre de celle en exergue. Derrière le mur d’exposition se trouve la friche ferroviaire vendue à la densification. Sur ce mur, les agents de la MEL et patrons de Vinci, Rabot-Dutilleul, BNP, Suez ou Veolia peuvent lire : « Réparer. Réparer n’est pas restaurer. Les lieux réparés sont investis par une force vivante et affective. » Un lecteur aguerri reconnaîtra le style évangélique de n’importe quelle agence d’architecture de province, un style d’ampoulage pour blockhaus rose-pomme et vert-fuchsia.

L’amateur d’aménités culturelles ne doit pas se bercer dans l’illusion qu’il visite un événement d’intérêt public, quand bien même ses impôts y auraient contribué. Les exposants se parlent à eux-mêmes. Le vernissage ne s’eut point tenu dans le confinement que cette expo demeure un salon professionnel du design et de l’architecture comme il existe des salons du mariage et du camping-car. Les collectivités locales, les agences d’archi, les promoteurs, les constructeurs s’y rencontrent pour deviser de leurs propres illusions sur l’usage du monde, et des prochains marchés publics.

Dire, c’est faire

Dire un truc, faire l’inverse ; faire un truc, dire l’inverse ; dire l’inverse d’un truc qui fait l’inverse de ce qu’on dit qu’on allait faire de ce truc… Bref, la presse déverse quotidiennement moult tribunes co-signées par des « chercheurs » et autres « acteurs de la culture ». Ceux-là peuvent discuter dans des colloques, se retrouver à l’occasion de « films suivis d’un débat », co-signer des préfaces voire des expositions qui susciteront à leur tour tribunes, colloques, débats et préfaces. Au delà de donner le tournis, si ce carrousel d’opinions médiatiques peut tourner si vite, c’est qu’il n’est pas attendu qu’il entraîne le réel dans sa course, juste qu’il vende papier, colloques, débats, expos et préfaces.

C’est ainsi que la Métropole et Lille3000 peuvent financer en pleine capitale du Design des associations citoyennes, écolos et féministes chapeautées par la Maison de l’environnement, pour animer à la Gare Saint-Sauveur qui une conférence sur la « cité végétale », qui des ateliers sur ces plantes « alliées des femmes » et des « sorcières », qui un film-débat sur « l’autonomie paysanne » : l’expression d’une opinion suffit à s’affranchir du réel, à le contourner, sinon à l’écraser – le réel ici écrasé étant la friche Saint-Sauveur.


Note aux beaux parleurs : Renart juge sur pièce plutôt que sur parole. Qu’on se le tienne pour dit !


Tomjo

Illustration : L’esprit-saint comme colombe, Gian Lorenzo Bernini, Basilique Saint-Pierre, Rome, 1660.

Notes
[1] Médiacités, 30 juin 2020.
[2] On y retrouve de célèbres défenseurs « d’autres manières d’habiter » tels que Michel Lussault, géographe socialiste et militant d’un « Grand Paris » plus démocratique, ou Marie-Hélène Bacqué, conseillère « empowerment » de Ségolène Royal, elle-même mégapolophile.

Journal de confinement au grand air

Fête la Friche, PARC, l’ASPI et Les Habitants Associés St-Sauveur sont fiers de vous présenter leur journal de confinement au grand air. Exposant avec brio nos positions (si si, il faut bien le dire !) et retraçant la vie de la friche durant les derniers mois, nous ne pouvons que vous recommander chaudement sa lecture.

Vous le trouverez au format pdf ou ci-dessous (cliquez sur les pages pour les afficher en plein écran). Bonne lecture !

Journal de confinement p1Journal de confinement p2Journal de confinement p3Journal de confinement p4

Le 21 juin : Fête le mur, forum social et festif

Cette semaine, trois événements se tiennent sur la friche Saint-Sauveur et le parc du Belvédère (cliquez sur les liens pour plus d’infos) :
– Le mercredi 17 juin de 18h30 à 22h : Contre la réintoxication du monde, non à la bétonnisation de la friche Saint-Sauveur ! ;
– Le vendredi 19 juin de 17h30 à minuit : Rencontres interluttes post-confinement ;
– Le dimanche 21 juin de midi à très-tard : Fête le mur, forum social et festif (voir ci-dessous).

21 juin Fête le mur

Présentation de l’événement par Les Habitants Associés Stsauveur (LHAstsauveur) :

Dimanche 21 juin, entre sur la friche st sauveur et son belvédère, saisis-toi des débats et festoie !
→ Une semaine avant le 2ème tour des municipales, renforçons la mobilisation pour une alternative au projet d’aménagement de la mairie.
→ Viens prendre la parole sur les injustices et inégalités exacerbées en cette période de Covid : pour ton asso ou collectif, prends part au Forum.
→ L’événement soutiendra financièrement les personnes sans-abri réfugiées depuis janvier au Village.

12:00 sur le belvédère : picnic-plantation
15:00 rue de Cambrai : balade musicale par Ohayo du belvédère à la friche, collages par le Laboratoire d’humanité
15:30 accueil sur la friche par le collectif Protocole et le CRAC de Lomme, spectacle déambulatoire « Ne pas toucher »
16:30 conteur, musicien.nes en El Piso
19:30 – 20:30 forum de critique sociale
de 15:30 à 24:00 sur la friche : spectacles, concerts, clowneries, jongles, contes, déambulations artistiques avec l’Eglise de la Très Sainte Consommation, SwinGum, la Femme-Cartouche, Le Croupe électrogène, Ô Boulo, La Pluie qui tombe, Mr Joke, la Fire Jam, e tutti…

Restauration sur place en soirée

► L’événement facebook
► Les infos / lieux, horaires & programmation

collectif LES HABITANT·E·S ASSOCIÉ·E·S
contact : lhastsauveur@protonmail.com

Le 19 juin : rencontres interluttes post-confinement

Cette semaine, trois événements se tiennent sur la friche Saint-Sauveur et le parc du Belvédère (cliquez sur les liens pour plus d’infos) :
– Le mercredi 17 juin de 18h30 à 22h : Contre la réintoxication du monde, non à la bétonnisation de la friche Saint-Sauveur ! ;
– Le vendredi 19 juin de 17h30 à minuit : Rencontres interluttes post-confinement (voir ci-dessous) ;
– Le dimanche 21 juin de midi à très-tard : Fête le mur, forum social et festif.

Programme 19&21juin recto

Programme 19&21juin verso

Le 17 juin : Contre la réintoxication du monde, non à la bétonnisation de la friche Saint-Sauveur !

Cette semaine, trois événements se tiennent sur la friche Saint-Sauveur et le parc du Belvédère (cliquez sur les liens pour plus d’infos) :
– Le mercredi 17 juin de 18h30 à 22h : Contre la réintoxication du monde, non à la bétonnisation de la friche Saint-Sauveur ! (voir ci-dessous) ;
– Le vendredi 19 juin de 17h30 à minuit : Rencontres interluttes post-confinement ;
– Le dimanche 21 juin de midi à très tard : Fête le mur, forum social et festif.

17 juin Contre réintoxication du monde

Le mercredi 17 juin à partir de 18h30, revendiquons un poumon vert pour la friche Saint-Sauveur et une réappropriation des infrastructures liées à la gare Saint-So pour répondre aux besoins sociaux et culturels constatés.

Rendez-vous à 18h30 à l’entrée en face du 116 Ter rue de Cambrai. Vous pourrez participer à une visite de la friche et de son Belvédère, suivi d’un apéro-auberge espagnole ainsi que d’un débat entre l’ami Renart et la Lionne Aubry.

Deux livres seront en vente à cette occasion : « La société vivante fête la friche » (éditions du Renart, 2020) et « Les mauvaises herbes du belvédère » (éditions Maison rose, 2020).

Cette action s’inscrit dans le cadre d’un appel national « Agir contre la réintoxication du Monde«  lancé sur le blog de Médiapart, pour effectuer des actions ce 17 juin sur le territoire national. Plus d’infos encore concernant cette journée sur le site 17juin.noblogs.org. Ci-dessous, la carte des événements annoncés :

17 juin carte Agir contre la réintoxication du monde

La friche Saint-Sauveur c’est 23 hectares au cœur de Lille. Un projet immobilier du monde d’avant, porté par la maire actuelle, veut faire sortir de terre 2 400 logements, 35 000m² de bureaux, 25 000 m² de commerces, une piscine olympique et 9 000 pots d’échappements supplémentaires par jour… Associations et collectifs revendiquent à la place un poumon vert (dans cette ville qui n’offre que 14m² d’espace vert par habitant) et une réappropriation des infrastructures liées à la Gare pour répondre aux besoins sociaux et culturels qui s’expriment.

EN SOUHAITANT VIVEMENT VOUS Y RETROUVER !

Organisé par :
Fête la friche, PARC, Les Habitants Associés StSauveur, ATTAC-Lille, Extinction Rebellion Lille, Anti Compteurs Communicants Artois Douaisis (ACCAD)

Entrée rue de Cambrai : le murage n’a pas repris, chantier citoyen ce 1er mai pour améliorer le passage

Entrée Saint-Sauveur rue de Cambrai, fin avrilIl y a quelques jours nous relayions une lettre ouverte demandant à un bétonneur de stopper son chantier en cours, consistant à murer un passage pourtant très utile pour ravitailler les sans-abris ayant trouvé refuge sur la friche. Bonne nouvelle : le chantier n’a pas repris ! Nous reproduisons ici un message du collectif Les Habitants Associés Saint-Sauveur (LHAst-sauveur), qui appelle à un chantier ce 1er mai à 16h afin d’améliorer ce passage :

Bonjour,
Une semaine après son interruption le 23.04, le chantier n’a pas repris.
Mieux, le coffret électrique ayant été retiré et l’alimentation suspendue (câble sectionné), le passage est plus aisé qu’auparavant : il semblerait que la SPL-Euralille soit revenue sur sa décision de fermer la brèche.
Pour notre part, nous décidons de considérer que le passage restera durablement ouvert et de consolider nos acquis : nous lançons un chantier consistant à niveler le chemin pour faciliter l’utilisation des chariots d’approvisionnement.

► RDV ce 1er mai, à 16h, en face du 118 rue de Cambrai. Outils et accessoires nécessaires : gants, sacs poubelle, bêche, tout outil de jardinage. A toutes et à tous, bienvenue !

Alerte : murage en cours de l’entrée rue de Cambrai

[MàJ ce 1er mai : le murage n’a pas repris ! Plus de détails dans l’article publié ce 1er mai]

[Ci-dessous, l’article original datant du 27 avril]

Nous relayons ici la lettre ouverte à Monsieur Stéphane Gaty, chargé de projet pour la SPL-EURALILLE, dénonçant un murage en cours de l’entrée vers la friche, située devant le 118 rue de Cambrai. Cette lettre est réalisée par Les Habitants Associés St-Sauveur, collectif qui aide les personnes sans-abri vivant dans la friche Saint-Sauveur, qui sont arrivées nombreuses depuis le début du confinement. Murer cette entrée rendrait beaucoup plus compliquée l’assistance à ces personnes démunies.

Passage 118 rue de Cambrai

Lettre ouverte à Monsieur Stéphane Gaty,
chargé de projet pour la SPL-EURALILLE

nous tenons à vous dire notre vive inquiétude devant les informations que vous nous avez délivrées ce 24 avril en contradiction avec celles obtenues ce même jour des agents à l’oeuvre à l’endroit du passage de la rue de Cambrai vers la friche st-sauveur, sis en face du 118 de la rue.

Vous nous avez dit avoir commandé des travaux de sécurisation, non de fermeture, quand les employés ont déclaré avoir reçu la mission de fermer le passage.

Vous nous avez dit votre surprise d’apprendre par nos soins l’évolution de ce chantier.

Nous souhaitons attirer votre attention sur l’utilité
de cette brèche qui, comme nous l’indiquions dans notre publication du 6 avril, « sauve des vies ».

https://www.facebook.com/LHAstsauveur/posts/148930809993139

Nous savons que nombre de décisions et directives mettant les populations en de graves difficultés dans leur confort de vie, parfois dans leur survie, sont aujourd’hui faites au nom de leur « mise en sécurité ».

Il nous apparaît clairement que la brèche ne met nul.le riverain.e en péril (d’autant que le coffret électrique a lui-même été sécurisé par un agent soucieux de la « sécurité » de toutes et tous) – moins encore ceux et celles qui l’utilisent quotidiennement pour rejoindre leur logis de fortune et approvisionner celui-ci en denrées vitales.

Nous savons que, a contrario, sa fermeture aurait de graves conséquences que nous nous permettrions de faire connaître à toutes les associations, collectifs et ONG qui, à Lille comme dans de nombreuses autres villes, restent mobilisées pour procurer un minimum de ressources aux personnes sans-abri.

Nous vous remercions par avance de vous tenir informé de l’évolution de ce chantier et de porter à notre connaissance la confirmation qu’il s’agit bien de travaux de « sécurisation ».

Les habitant.es associé.es

Appel à don pour les habitant·e·s sans-abri de la friche

Habitations St-Sauveur 2

Depuis le début du confinement, de nombreuses personnes sans-abri ont trouvé refuge sur la friche Saint-Sauveur. Elles vivent dans des tentes et des cabanes de fortune…

N’hésitez pas à leur apporter de la nourriture, une tente, du matériel de bricolage, une bâche… Comme ces personnes n’ont pas facilement accès à de bonnes conditions d’hygiène, prenez un maximum de précautions pour limiter la propagation du Covid-19. Pour cela, vous pouvez déposer vos dons sur la table qui a été installée à cet effet à l’entrée du parc du Belvédère, sous le métro aérien.

Il est également possible d’entrer sur la friche, par deux moyens :

  • la plus pratique : par le trou dans le mur rue de Cambrai, en face du 118.
  • ou par le Pont des Gueux. Pour cela il faut donc d’abord passer par le parc du Belvédère. Ca rajoute un escalier et une passerelle en plus.

Il est tout à fait légal de venir en aide à ces personnes, sur votre attestation de déplacement vous devez indiquer que vous êtes là pour l’assistance aux personnes vulnérables. Avec ce motif votre sortie a une durée illimitée, et vous pouvez vous déplacer par tout moyen.

Pour toute information pour aider ces personnes, il y a le collectif Les Habitants Associés Saint-Sauveur (LHAst-sauveur). Vous trouverez des informations sur leur page facebook https://www.facebook.com/LHAstsauveur/ et vous pouvez leur écrire à lhastsauveur@protonmail.com.

Merci pour elles.

Habitations St-Sauveur 1Habitations St-Sauveur 3Habitations St-Sauveur 4

Comparatif des programmes des candidats concernant la friche Saint-Sauveur

A la veille des élections municipales, l’association PARC a analysé les propositions des candidat·e·s sur le devenir de la friche Saint-Sauveur de Lille.

Voici le tableau synthétique comparant les propositions pour Saint-Sauveur des candidat·e·s qui ont répondu à l’enquête de PARC :

Synthèse positionnement élections St-Sauveur

A noter que même si elles n’ont pas répondu au questionnaire de PARC, les listes Résistance Anticapitaliste (Nouveau Parti Anticapitaliste et associés ; tête de liste Alexandre Chantry) et celle du Parti Animaliste (tête de liste Antoine Stathoulias) ont des positions rejoignant celles de PARC. La liste Résistance Anticapitaliste défend en effet dans une vidéo une appropriation citoyenne de la friche, quand celle du Parti Animaliste promet de « préserver la friche Saint-Sauveur et y réserver une partie pour accueillir un sanctuaire pour animaux« .

Nous pouvons constater que le podium de PARC rejoint celui du collectif Pacte pour la transition, qui a analysé les propositions des candidat·e·s pour une politique globale de transition à Lille, à l’aune de 34 indicateurs. Résultats : là aussi les listes menées par Julien Poix (France Insoumise) et Stéphane Baly (Europe Ecologie Les Verts et associés) sortent clairement du lot avec des notes quasi maximales… et là encore, la liste menée par Martine Aubry (Parti Socialiste et associés) obtient le pire score.

Positionnement Saint-Sauveur et Pacte pour la transition
A gauche, les résultats du collectif Pacte pour la transition ; à droite, les résultats de l’association PARC Saint-Sauveur. Deux méthodologies différentes mais des résultats qui convergent !

A Lille existe une friche de 23 hectares. Les élus veulent la bétonner, nous voulons respirer.